DÉCÈS


DÉCÈS D'ALAIN CHOPARD

 

Le Club Motocycliste Suisse de la Police a le profond regret de vous faire part du décès d’un de ses membres, en la personne du camarade et ami Alain CHOPARD.

 

Alain est parti paisiblement le 1er janvier 2022, dans sa 68ème année.

 

Alain CHOPARD était membre du Club Motocycliste Suisse de la Police depuis le 20 décembre 1985.

 

Fidèle membre actif , Alain a été membre du comité de 2007 à 2022.

 

Le comité du Club Motocycliste Suisse de la Police, ainsi que ses membres, se joignent à la douleur de ses proches, à qui ils adressent leurs sincères condoléances.

 

Les obsèques ont eu lieu : le mardi 11 janvier au Temple de Carouge.

 

 

Merci pour votre grande amitié et cette belle photo.

Mady

Vielen Dank für die tolle Freundschaft und dieses schöne Foto.

Mady


Hommage à Chopi – Temple de Carouge – 11 janvier 2022

 

Chère Mady, cher Vincent, chère famille, chères amies et chers amis d’Alain.

 

Il est très difficile et douloureux de perdre un Ami… et il n’est pas aisé d’essayer de lui rendre hommage.

 

Je m’adresse à vous au nom du Club Motocycliste suisse de la Police, plus communément appelé CMP, dont Chopi était membre depuis plusieurs décennies et siégeait au comité depuis trois lustres.

 

Personnellement, c’est dans ce cadre ou plutôt ces cadres, soit le CMP et le comité que j’ai côtoyé et vivement apprécié Alain.

 

Sur le plan professionnel, notre seul point commun c’est d’être entré dans la « Grande Maison », la même année, soit en 1978. Chopi intégrant l’Ecole de Gendarmerie 1978 et moi l’Ecole d’Apprentis de Police, 4ème volée du nom.

 

Nos diverses affectations dans les postes de Gendarmerie de la République n’ont jamais coïncidé et nos spécialisations n’étaient pas les mêmes. Chopi a pu conjuguer son plaisir de la plongée au temps professionnel en intégrant le groupe des plongeurs de la Brigade du Lac ou Police de la Navigation. Personnellement, je n’ai jamais fait de plongée et, d’après certains, le monde du silence est incompatible avec ma personnalité… Allez, savoir pourquoi…

 

A la veille de l’hiver 1985, soit le 20 décembre, Alain s’inscrit au CMP.

 

C’est lors d’une sortie à la mi-juin 1988 que nous deviendrons beaucoup plus proche.

 

Et voilà pourquoi : En redescendant du barrage d’Emosson, au guidon de sa Suzuki, Chopi a dévié sur la droite et s’est retrouvé sur la bande herbeuse d’un précipice. Il a glissé et chuté, mais heureusement côté route et non côté plaine. Il s’est relevé sans mal, mais sa monture avait quelque peu souffert et ne pouvait reprendre la route. Il a été décidé de la laisser là et de venir la chercher le lendemain avec une remorque.

 

Etant le seul motard solo de cette virée, c’est tout naturellement que j’ai accueilli Alain comme passager sur ma BMW R 100 RT, moto conçue pour les longs voyages à deux.

 

Ce rapatriement, à cheval sur mon destrier, a dû plaire à Chopi car quelques temps plus tard, il changera sa petite nippone contre une plantureuse teutone. Depuis, il est resté fidèle à la marque bavaroise.

 

Début octobre 1990, nous sommes descendus à Monaco où nous étions reçus par nos collègues de la Sûreté Publique de la Principauté.

 

Nous sommes arrivés le 3 octobre, jour où Stefano Casiraghi, époux de la princesse Caroline, s’est tué en bateau offshore. Bien sûr, ce malheureux et triste événement a quelque peu chamboulé l’agenda professionnel de nos amis monégasques. Toutefois, la plupart des visites prévues ont pu être maintenues, notamment celle du port de plaisance.

 

A cette occasion, nous sommes montés sur un bateau d’intervention de la police maritime.

 

Avec son expérience de plongeur et de gendarme lacustre, Chopi regardait en détail cette embarcation et on voyait que quelque chose le tracassait. Soudain, il s’adressa à notre hôte, en ces termes : Vous n’avez pas d’essuie-glaces ?

 

Et la réponse fusa : Si, mais à l’avant c….., le dernier mot prononcé dans un grand éclat de rire commençait par C et finissait par D, mais ce n’était pas canard…

 

Pour calmer notre fou rire, Chopi tenta de nous expliquer que vu la configuration de la cabine, l’avant pouvait être l’arrière et vice versa…

 

Alain participait activement aux sorties du club, mais il en organisait aussi quelques-unes, notamment sa fameuse sortie « filets mignons » qui depuis bien des années est une sortie récurrente au calendrier du CMP.

 

A savoir qu’après une virée au pied et dans le jura vaudois, nous faisons halte au restaurant des Cluds situé juste au-dessus de Bullet. La spécialité du lieu se décline en deux variantes : aux champignons ou au poivre. Les plats sont très abondamment garnis et je pense qu’une photo de la table ferait déprimer n’importe quel membre de Weight Watchers.

 

Cette sortie est tellement renommée que même lorsque Chopi ne pouvait l’organiser, un autre membre du club en reprenait l’organisation. Il en a été ainsi, notamment, en 2018 lorsqu’après son accident en Argentine, Alain ne pouvait encore reprendre le guidon. C’est en voiture avec Mady qu’ils nous ont rejoints aux Cluds.

 

Le CMP a pour vocation la promotion de la sécurité routière. C’est ainsi que depuis plus de quarante ans, il assure la sécurité de divers événements et, plus particulièrement, des courses cyclistes.

 

Dès son entrée au club, Chopi s’est investi pour cette mission de sécurité en participant à de très nombreuses escortes cyclistes.

 

C’est donc tout naturellement qu’en 1987, Jean-Pierre Fiumelli dit le Grand, l’ait approché pour faire partie du nouveau groupe Sécurité Police Route du Tour de Romandie.

 

Composé d’une quinzaine de motards issus principalement de la Gendarmerie genevoise, cette équipe devait tenir la route, au propre comme au figuré, pour assurer la sécurité sur les routes, ouvertes à la circulation, empruntées par le Tour de Romandie.

 

J’ai eu la chance d’intégrer cette superbe équipe en 1992 et, d’ainsi, pouvoir vous narrer quelques anecdotes.

 

Nous sommes en 1994, un jeudi, soit à la moitié du Tour. Après l’étape Le Sentier – Lausanne, nous logeons dans un hôtel de la chaîne Formule 1 à Bussigny.

 

Cet établissement qui est à l’hôtellerie ce qu’Easy Jet est à l’aviation a pour particularité de ne pas avoir de clé ni de carte de chambre. Il y a un clavier à côté de la porte et vous devez taper un code à six chiffres, qui vous a été donné à la réception, pour accéder à votre chambre.

 

Les chambres sont spartiates. Il n’y a pas de salle de bains, mais il y a des cabines de douches sur l’étage.

 

Alain prend ses effets de douche et un petit papier sur lequel il a inscrit au stylo son code de chambre et s’en va, sifflotant, profiter d’une bonne douche.

 

Après cet agréable moment de détente, alors qu’il est en train de se sécher, il aperçoit un petit truc qui dépasse légèrement du trou d’évacuation du bac de douche. Stupeur, c’est son petit papier avec son code de chambre devenu complètement illisible.

 

Ainsi, quelques instants plus tard, c’est drapé de son linge et de sa dignité qu’il se présente à la réception pour redemander son code de chambre.

 

1998. Au lendemain du prologue qui s’est déroulé dans le fief de Feldschlösschen, nous sommes en route pour nous rendre au départ de cette première étape. Dans la traversée de Rheinfelden, à proximité de l’aire de départ, une automobiliste omit de respecter un signal « stop » et percuta la monture chevauchée par Chopi.

 

Résultat : Sa moto aurait fait le bonheur du sculpteur César. Neuve au départ du Tour, elle est passée en dommage total par l’assurance.

 

Heureusement, Alain s’en tire mieux que sa belle. Il a, uniquement, une fracture au pouce droit. Néanmoins, à peine commencé, le Tour est fini pour lui.

 

Il recevra les soins nécessaires et la pose d’un plâtre, puis sera conduit à notre hôtel à la Tchaux, sur le Pod… où nous le retrouverons le soir après l’étape.

 

Le lendemain, au petit-déjeuner, nous constatons que Chopi déjeune en famille.

 

Mady et Vincent sont venus, en voiture, de Carouge pour ramener Alain à la maison.

 

Après un dernier signe de plâtre, on se dit à dimanche…

 

En effet, à l’époque, les pérégrinations de l’équipe Sécurité Police Route avaient un point commun avec les Aventures d’Astérix le Gaulois… ça se terminait toujours par un banquet…

 

En 2007, un peu comme un célèbre coureur cycliste, multiple vainqueur du maillot à pois sur le Tour de France, à l’insu de son plein gré, Alain fait son entrée au comité du CMP.

 

Au départ, il n’était pas candidat… Toutefois, lors de l’assemblée générale, le Trésorier, membre fondateur du CMP, en place depuis le 5 février 1981, a annoncé qu’il avait, cette fois, la ferme intention de remettre la caisse du club en de nouvelles mains.

 

On entendit une mouche voler… puis une voix s’exclamer : Chopi… et l’assemblée reprendre en chœur : ChopiChopiChopi.

 

Ainsi, sans candidature et sans campagne… Chopi était élu, à l’unanimité, au comité.

 

N’ayant pas de locaux attitrés, nos séances de comité ont lieu, en général, dans un restaurant qui nous met une petite salle ou un coin de salle tranquille à disposition pour le bon déroulement de nos discussions. Notre ordre du jour comporte 13 points immuables. L’avant dernier, soit le point 12, s’intitule « Tour de table ». Ainsi, avant de clore la séance, il permet, à chacun, de prendre la parole pour traiter d’un sujet qui n’aurait pas été abordé dans l’un des 11 points précédents.

 

De ce fait, il est rare que quelqu’un s’exprime lors du point « Tour de table ».

 

A l’automne 2009, alors que nous tenions notre séance de comité dans un restaurant d’Onex, le président annonce le point 12, Tour de table. On se regarde, à gauche, à droite… apparemment personne n’a quelque chose à rajouter.

 

Soudain, Chopi se lève, d’un très léger pas de course nous tourne autour et s’arrête, planté à la hauteur de sa chaise. Devant nos mines déconcertées, il nous déclare, hilare : j’ai fait le tour de table

 

A notre tour d’éclater de rire…

 

Douze ans plus tard, lorsque le point 12 n’a pas fait l’objet de discussion, il est souvent protocolé un petit mot en référence à ce tour de table de l’automne 2009.

 

J’en ai relevé quelques-uns pour vous :

Chopi est resté assis…

Chopi était coincé en bout de table…

Chopi n'était pas motivé…

Malgré la belle table ovale et un environnement très favorable, Chopi n’a pas voulu se lancer…

Bien que la salle s’y prête largement, Chopi a refusé l’obstacle….

Chopi étant au Kenya …

Chopi était coincé contre le mur...

Chopi étant excusé…

Chopi est en Thaïlande…

 

Lors de notre prochaine assemblée générale nous aurions dû remercier Alain pour son investissement puisqu’il a souhaité quitter le comité après quinze ans d’activité pour le bien du CMP. Malheureusement, le cours de la vie en a décidé autrement.

 

Nous avons perdu un Ami jovial et il manquera, à tout jamais, un fidèle et fervent supporter aux Vernets.

 

A vous Mady, Vincent, Anny, Donovan, à vous sa famille et ses amis, le Club Motocycliste suisse de la Police vous réitère sa profonde sympathie.

 

A toi, mon p’tit Chopi, qui a sûrement déjà retrouvé nos copains de virées, l’Ours d’Eaumorte, Stefan, le Benz, Charly et Roger, nous t’adressons un dernier salut « motard » de la main gauche ou de la jambe droite.

 

Adieu Chopi

 

                                                                                                                      Clairon